Development and validation of prediction score for post-tuberculosis obstructive lung disease

Dépression mentale au cours de la tuberculose à Yaoundé, Cameroun
22 juin 2018
Informations du Journal
6 janvier 2020

Development and validation of prediction score for post-tuberculosis obstructive lung disease

Pefura-Yone Eric Walter 1,2 , Balkissou Adamou Dodo 3 , Djenabou Amadou 4 , Poka-Mayap Virginie 2 , Moifo Boniface 5 , Kouna-Abene Francine Gaëlle 6 , Tanyi Brenda 6 , Youmbi Christelle Fallone 7 , Kuaban Christopher 8 , Kengne André Pascal 9

1 Département de médecine interne, Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé 1, Yaoundé, Cameroun

2 Service Pneumologie A, Hôpital Yaoundé Jamot, Yaoundé, Cameroun

3 Faculté de médecine et des sciences biomédicales de Garoua, Université de Ngaoundéré, Garoua, Cameroun

4 Centre de traitement approuvé pour le VIH, Hôpital Yaoundé Jamot, Yaoundé, Cameroun

5 Département de radiologie et d’imagerie médicale, Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé 1, Yaoundé, Cameroun

6 Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé 1, Yaoundé, Cameroun

7 Institut Supérieur de Technologie Médicale, Yaoundé, Cameroun

8 Faculté des sciences de la santé, Université de Bamenda, Bambili, Cameroun

9 Medical Research Council, Le Cap, Afrique du Sud

POUR CITER : Pefura-Yone EW et al. Développement et validation d’un score de prédiction pour la maladie pulmonaire obstructive post-tuberculose. The Papers of Medical Sciences 2019; 1: e002.

MOTS CLÉS: maladie pulmonaire obstructive, MPOC, tuberculose, score de prédiction, facteurs de risque

INFO D’ARTICLE

 Reçu: 11 e Février 2019

 Accepté : 13 e Mars 2019

 Disponible en ligne : 14 e Mars 2019

Correspondance avec:

Pefura-Yone EW, Courriel: pefura2002@yahoo.fr

ISSN: 2663-7545

Copyright © 2019, Pefura-Yone et al. Il s’agit d’un article en libre accès distribué sous les termes de la licence d’attribution Creative Commons, qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction sans restriction sur n’importe quel support, à condition que les auteurs et la source d’origine soient crédités.

RESUME

Objectif: Dériver et valider un score de prédiction pour la présence d’une maladie pulmonaire obstructive post-tuberculeuse (OLD post-TB) chez les patients adultes à la fin de la PTB.

Méthodes : Nous avons utilisé des données de patients âgés de ≥ 18 ans traités avec succès pour la PTB, à l’hôpital de Yaoundé Jamot, Cameroun de janvier 2015 à mai 2017. Un score de prédiction simple a été construit en utilisant des coefficients de régression pour les prédicteurs dans le modèle final. La discrimination du modèle a été évaluée à l’aide de statistiques c et d’un étalonnage évalué via les statistiques Hosmer et Lemeshow (HL). La validation interne a utilisé des procédures de rééchantillonnage bootstrap.

Résultats: Un total de 400 patients (hommes 53,5%) avec un âge médian (25 e -75 e) de 38 (29-49) ans ont été inclus. Cinquante-quatre patients avaient un OLD post-TB, ce qui donne une prévalence (IC à 95%) de OLD post-TB de 13,5%. (10,3-17%). Les déterminants indépendants de la VIE post-TB étaient la proportion (%) de séquelles pulmonaires [odds ratio (IC 95%): 1,04 (1,02-1,06) par incrément de 1%, β = 0,042] et le tabagisme [2,19 (1,18-4,08), β = 0,783]. Le score de prédiction de la VIE post-TB (S-TB-OLD) résultant a donc été exprimé comme suit: S-TB-OLD = Proportion de séquelles pulmonaires (%) + 19 (si le tabagisme). La statistique c était de 0,680 (IC à 95%: 0,597 – 0,763). Au score de coupure optimal de 19,31, la sensibilité, la spécificité et la valeur prédite négative étaient respectivement de 67%, 65% et 92,5%. L’étalonnage était bon [H-Lχ2 = 8,355 (p = 0,321)] et l’optimisme était marginal dans le rééchantillonnage boostrap.

Conclusion: La confirmation de l’utilité de ce score devrait permettre de stratifier les patients en fonction du risque de développer un OLD post-tuberculeux obstructif post-TB afin d’améliorer leur prise en charge.

INTRODUCTION 

La tuberculose (TB) reste un problème de santé publique majeur malgré les stratégies de prévention et de contrôle existantes. Le rapport mondial 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la tuberculose a estimé un total de 10 millions de cas de tuberculose dans le monde en 2017, avec un bilan de 1,6 million de personnes (1). Au Cameroun, environ 26 000 cas de tuberculose ont été notifiés en 2017 (2). Même après un traitement bien conduit, la tuberculose pulmonaire (PTB) guérit en laissant des séquelles pleuro-parenchymateuses de degrés variables en raison de son caractère fibrogène. La radiographie thoracique (CXR) est l’examen d’imagerie le plus utilisé pour la détection et le suivi des séquelles PTB. La prévalence des séquelles CXR à la fin d’un traitement antituberculeux est élevée, variant entre 66,2 et 88% (3–6). Ces séquelles sont dominées par des cavités résiduelles et des opacités fibro-nodulaires (3). Ces séquelles pleuro-parenchymateuses peuvent avoir une répercussion permanente sur la fonction pulmonaire, altérant la qualité de vie des patients. Les anomalies de la fonction pulmonaire observées en phase séquelle sont variables, certains auteurs révélant une prédominance des troubles obstructifs; et avec d’autres, une prédominance de troubles restrictifs ou de troubles mixtes (7–10). Dans des études récentes publiées de 2011 à 2016, la prévalence des VIE post-TB varie de 13,2% à 57,9% (7,9-12). Dans ces études récentes, les facteurs de risque de VIE post-TB ne sont pas signalés. Peu d’études ont signalé des facteurs de risque de VIE post-TB. Dans les études publiées avant les années 1990, les facteurs de risque de VIE post-TB étaient l’extension radiographique des lésions, la durée de la maladie avant le traitement contre la TB, l’âge et le tabagisme (13,14). Dans un contexte de ressources limitées où la tuberculose prédomine, il est important de stratifier les patients en fonction du risque de développer une insuffisance pulmonaire post-tuberculeuse afin d’optimiser leur prise en charge. En effet, le but de cette étude est d’étudier les facteurs associés de la VIE post-TB et de générer un score numérique simple pour prédire la VIE post-TB chez l’adulte.

MATÉRIAUX ET MÉTHODES

Cadre et participants

Cette étude a utilisé les données de trois études transversales menées de janvier à juillet 2015 (7 mois), de décembre 2015 à mai 2016 (6 mois) et de janvier à mai 2017 (5 mois) à l’hôpital de Yaoundé Jamot (YJH). YJH est le centre de référence pour la prise en charge de la tuberculose et des maladies respiratoires à Yaoundé (capitale du Cameroun) et ses environs. La prise en charge de la tuberculose dans ce centre est basée sur les recommandations internationales (15). Les données ont été recueillies à l’aide d’une méthode d’échantillonnage non probabiliste, consécutive et exhaustive.

Les patients adultes traités avec succès pour une tuberculose pulmonaire bactériologiquement prouvée au Centre de diagnostic et de traitement (DTC) de l’HJJ ont été inclus. Les patients présentant les critères suivants ont été exclus: infection respiratoire aiguë, maladie obstructive chronique des voies respiratoires, asthme, maladie pulmonaire interstitielle, cancer du poumon et résection pulmonaire, insuffisance cardiaque congestive; contre-indications au test de la fonction pulmonaire (infarctus du myocarde récent, pneumothorax, grossesse au troisième trimestre, chirurgie thoracique ou abdominale récente, état général gravement altéré ou dyspnée sévère limitant la bonne exécution des manœuvres de spirométrie); manœuvres de spirométrie inappropriées. Les autorisations éthiques ont été obtenues auprès du Comité d’éthique institutionnelle de la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé I (données collectées de janvier à juillet 2015 et de janvier à mai 2017) et du comité d’éthique institutionnelle de la Faculté de médecine et pharmaceutique Sciences de l’Université de Douala (données collectées de décembre 2015 à mai 2016). Une autorisation de recherche a également été obtenue auprès des autorités administratives de l’HJJ.

Collecte de données

Données de référence

Les données sociales et démographiques suivantes ont été collectées: âge, sexe, état matrimonial, lieu de résidence (urbain, semi-urbain et rural), niveau d’éducation formelle supérieur. Les antécédents médicaux comprenaient le statut VIH; antécédents de maladies respiratoires telles que pneumonie, tuberculose pulmonaire; d’autres comorbidités influençant la fonction respiratoire telles que le diabète sucré et l’insuffisance cardiaque. Le tabagisme a été évalué en pack-années. Les habitudes de fumer étaient réparties dans les groupes suivants: anciens fumeurs (arrêt de fumer pendant plus de 6 mois au moins), non-fumeurs; fumeurs actifs. Concernant la consommation d’alcool, les patients ayant arrêté de boire depuis au moins 12 mois ont été considérés comme d’anciens buveurs et buveurs occasionnels (consommation d’alcool moins d’une journée / semaine), les buveurs réguliers et les non-buveurs ont également été distingués.

Des données cliniques comprenant la durée des symptômes avant le traitement antituberculeux et la persistance des symptômes respiratoires à la fin du traitement antituberculeux (toux, expectoration et dyspnée) ont été collectées. La dyspnée a été classée selon l’échelle modifiée du Medical Research Council (16). Le poids a été pris en kilogrammes à l’aide d’une balance de marque CAMRY (CAMRY, Guangzhou, Chine). Le patient n’était vêtu que de vêtements légers. La hauteur a été mesurée avec une jauge au centimètre près chez un patient debout, les talons joints et les bras le long du corps. L’indice de masse corporelle en kg / m 2 a été calculé comme le rapport du poids (kg) à la taille au carré (mètre carré).

Une radiographie thoracique postéro-antérieure standard (CXR) standard a été utilisée pour quantifier l’étendue du remodelage pulmonaire chez les patients. La nature, la distribution et l’étendue des anomalies ont été notées pour le CXR initial et final. Les types de lésions CXR recueillies comprennent: cavités, infiltrats, nodules, lésions fibreuses, lésions miliaires, consolidation inégale ou confluente et épanchement pleural associé. L’extension des lésions radiographiques a été appréciée en utilisant le pourcentage total de poumon affecté par une pathologie sur la radiographie pulmonaire initiale et finale (à la fin du traitement). Pour évaluer le pourcentage de poumon affecté, une estimation visuelle de l’étendue de l’opacification, de la cavitation ou d’une autre pathologie en pourcentage des poumons visibles a été effectuée. Pour évaluer cela, chaque champ pulmonaire a été subdivisé en trois zones (supérieure, zone moyenne et inférieure) selon la méthode décrite par Ralph et al (17). La délimitation a été effectuée par deux lignes horizontales: la première est la ligne horizontale passant par le bord supérieur de la jonction chondro-costale de l’arc antérieur de la deuxième côte jusqu’à la paroi thoracique latérale; la seconde est la ligne horizontale passant par le bord supérieur de la jonction chondro-costale de l’arc antérieur du 4e côte à la paroi thoracique latérale. Une opacification dense d’une zone entière a été évaluée à 100% de cette zone, tandis qu’une consolidation inégale au sein d’une zone a attiré des scores <100% selon l’étendue de la consolidation. Un pourcentage moyen de lésions par champ pulmonaire a ensuite été évalué et une moyenne des deux champs pulmonaires déduite pour déterminer le pourcentage total de poumon atteint (% de séquelles pulmonaires de tuberculose pulmonaire).

Données spirométriques

La spirométrie a été réalisée à l’aide d’un pneumotachographe à turbine (spiro USB, care fusion, Yorba Linda-USA) respectant les normes 1994 de l’American Thoracic Society (ATS) (18). L’examen a été effectué par des techniciens de test de la fonction pulmonaire ou par un étudiant en médecine de dernière année bien formé.

Toutes les mesures ont été effectuées après au moins 15 minutes de repos, avec le participant en position assise, le dos droit et le nez rogné pour ne laisser passer l’air que par la bouche. Les critères d’acceptabilité et de reproductibilité de l’American Thoracic Society / European Respiratory Society (ATS / ERS) ont été appliqués (18). Les instructions ont été expliquées avant chaque manœuvre; au moins trois tests ont été effectués par participant avec un maximum de huit tests, tout en observant une période de repos d’au moins une minute entre les tests consécutifs pour établir la courbe de la capacité vitale forcée (CVF). Les variables de spirométrie mesurées comprenaient: le volume expiratoire forcé en 1 s (FEV1), la capacité vitale forcée (FVC) et le rapport FEV1 / FVC.

Les valeurs FEV1 et FVC retenues étaient les meilleures parmi les trois tests qui remplissaient les critères d’acceptabilité (différence maximale inférieure à 5% ou 150 ml). Toutes ces mesures ont été exprimées en valeurs absolues et en pourcentage de la valeur prédite. Les valeurs prévues ont été estimées à l’aide de la valeur de référence 2012 de la Global Lung Initiative (GLI) (19). Le contrôle de la qualité a été effectué par un enquêteur supervisant régulièrement la spirométrie. Les courbes spirométriques ont été examinées chaque semaine par l’un des médecins thoraciques expérimentés travaillant à l’HJJ et des commentaires ont été faits aux enquêteurs.

L’analyse des données

L’analyse des données a utilisé le logiciel IBM-SPSS pour Windows version 23 (IBM, Chicago, États-Unis). Les variables catégorielles ont été exprimées en nombre et en proportions. Les variables quantitatives ont été résumées en termes de moyenne (écart-type) lorsque la distribution était considérée comme normale; sinon, ils étaient exprimés en termes de médiane (25 e -75 ecentiles). La comparaison des groupes a utilisé le test exact Chi-2 ou Fisher pour les proportions et le test t de Student ou un équivalent non paramétrique pour les variables continues (test U de Mann-Whitney ou test médian). Des modèles de régression logistique ont été utilisés pour sélectionner des déterminants indépendants de la VIE post-TB. Les variables candidates ont d’abord été testées pour inclusion dans des modèles à une variable, puis les variables significatives basées sur une valeur p <0,10 ont toutes été entrées dans les mêmes modèles à plusieurs variables, et des procédures d’élimination pas à pas en arrière ont été utilisées pour conserver les variables dans les modèles finaux comme recommandé par Collett (20). Les performances du modèle dérivé ont été testées sur l’échantillon de développement et dans le rééchantillonnage bootstrap, qui était basé sur 2000 réplications. Dans la validation interne bootstrap basée sur 2000 réplications, l’ensemble de données d’origine a été rééchantillonné au hasard avec remplacement 2000 fois, chaque échantillon aléatoire étant de la même taille (nombre de participants) que l’ensemble de données d’origine. Pour chaque échantillon, les régressions logistiques ont été ajustées, les nouveaux coefficients bêta estimés et une nouvelle équation dérivée à l’aide de prédicteurs dans le modèle final. Ce nouveau modèle a ensuite été testé sur l’ensemble de données à partir duquel il a été développé ainsi que sur l’ensemble de données d’origine, et les différences de performances sur la dérivation et les échantillons originaux ont été moyennées sur la réplication de 2000 pour obtenir l’optimisme.

La pondération du score développé a été dérivée des coefficients de régression et la statistique C a été calculée pour le score correspondant. Les courbes des caractéristiques de fonctionnement du récepteur (ROC) ont été utilisées pour dériver le score optimal du point de coupure, en appliquant la méthode de l’indice de Youden (21). Les mesures de performance, y compris la sensibilité, la spécificité, les valeurs prédictives positives et négatives, sont ensuite estimées au seuil optimal.

RÉSULTATS

Population à l’étude

Au cours de la période d’étude, 513 patients ont été invités à participer à l’étude. Soixante-seize patients ont été exclus pour indisponibilité des tests de la fonction pulmonaire et 37 patients pour les courbes de spirométrie inutilisables. Au total, 400 participants ont été définitivement inclus dans l’étude. L’organigramme de l’inclusion des participants est illustré à la figure 1.

Figure 1: Organigramme de l’inclusion des participants

Les caractéristiques de base des participants sont décrites dans le tableau 1. Il y avait 214 (53,5%) hommes et 186 (46,5%) femmes. L’âge médian (25 e -75 e centile) des hommes était de 40 (31-50) ans et celui des femmes de 36 (27,8-46) ans (p = 0,002). La majorité des participants avaient atteint le niveau d’enseignement secondaire (274 participants, 68,5%). Dans cette étude, 100 (25%) participants étaient des fumeurs actifs et 70 (17,6%) consommaient régulièrement de l’alcool. La prévalence du tabagisme était plus élevée chez les hommes que chez les femmes (35% vs 4,3%, p <0,001). La médiane (25 e -75 epercentiles), la durée des symptômes avant le traitement de la tuberculose était de 8 (4-16) semaines dans le groupe global. La prévalence de l’infection à VIH dans l’échantillon total était de 35,5%. Dans l’échantillon global, 70,5% des participants avaient au moins un type de séquelles radiographiques de TB. Des lésions persistantes de la cavité et une destruction pulmonaire parenchymateuse ont été trouvées respectivement chez 21,3% et 3,5% des participants. La proportion médiane (25 e -75 e centiles) de l’extension des séquelles pulmonaires de TB était de 5% (0,8-15,8%) dans l’échantillon total, sans différence significative entre les hommes et les femmes.

Tableau 1: Caractéristiques de base des participants
Caractéristiques Global

N = 400 (%)

Hommes

N = 214 (%)

Femmes

N = 186 (%)

valeur p
Âge, années, m (25 e -75 e centiles) 38 (29-49) 40 (31-50) 36 (27,8-46) 0,002
Résidence
   Urbain 314 (78,5) 167 (78) 147 (79) 0,967
   Semi-urbain 49 (12,3) 20 (9,3) 17 (9,1)
   Rural 37 (9,3) 27 (12,6) 22 (11,8)
Niveau d’éducation
   Pas d’éducation formelle 19 (4,8) 7 (3,3) 12 (6,5) 0,143
   Primaire 107 (26,8) 51 (23,8) 56 (30,1)
   Secondaire 198 (49,5) 110 (51,4) 88 (47,3)
   Université 76 (19) 46 (21,5) 30 (16,1)
État civil
    Non syndiqué 226/398 (56,8) 112 (52,6) 114 (61,6) 0,069
    Syndiqué 172/398 (43,2) 101 (47,4) 71 (38,4)
Fumeur
   Courant 83 (20,8) 75 (35) 8 (4,3) <0,001
   Ex-fumeurs 14 (3,5) 12 (5,6) 2 (1,1)
   Non fumeurs 303 (75,8) 127 (59,3) 176 (94,6)
Exposition à la biomasse 148/397 (37,3) 82/212 (38,7) 66/185 (35,7) 0,537
Consommation d’alcool
   Ordinaire 70/398 (17,6) 62 (29,1) 8 (4,3) <0,001
   Occasionnel 124/398 (31,2) 71 (33,3) 53 (28,6)
   Ex-buveur 87/398 (21,9) 45 (21,1) 42 (22,7)
   Non buveur 117/398 (29,4) 35 (16,4) 82 (44,3)
Antécédents de tuberculose 36 (9) 25 (11,7) 11 (5,9) 0,044
Antécédents de pneumonie 5 (1,3) 0 (0) 5 (2,7) 0,021
Durée des symptômes respiratoires, semaines, m (25 e -75 e centiles) 8 (4-16) 8 (4-12) 8 (4-16) 0,017
Symptômes respiratoires persistants 111 (27,8) 56 (26,2) 55 (29,6) 0,449
IMC, Kg / m 2 , m (25 e -75 e centiles) 22 (20.2-24.1) 22,1 (20,4-24,1) 220 (20.2-24.2) 0,836
Infection par le VIH 141/397 (35,5) 67 (31,6) 141 (35,5) 0,081
Séquelles radiographiques
    Pas de séquelles 118 (29,5) 58 (27,1) 60 (32,3) 0,259
    Épaisseur pleurale importante 11 (2,8) 8 (3,7) 3 (1,6) 0,195
    Séquelles fibro-nodulaires 212 (53) 118 (55,1) 94 (50,5) 0,358
    Lésions persistantes de la cavité 85 (21,3) 46 (21,5) 39 (21) 0,898
    Destruction du parenchyme 14 (3,5) 8 (3,7) 6 (3,2) 0,781
    Extension des séquelles pulmonaires,

%, m (25 e -75 e centiles)

5 (0,8-15,8) 5,81 (1-16,2) 5 (0,7-15,3) 0,306
Paramètres de la fonction pulmonaire
   FEV1,%, m (25 e -75 e centiles) 76,8 (61,1-89,2) 76,6 (58,9-92,3) 77,9 (62,8-87,6) 0,616
   CVF,%, m (25 e -75 e centiles) 76,1 (64,2-88,8) 75,7 (62,5-91,5) 76,4 (65,5-87,6) 0,764
   FEV1 / FVC, m (25 e -75 e centiles) 0,83 (0,78-0,88) 0,82 (0,76-0,87) 0,85 (0,79-0,89) 0,002

TB, tuberculose; m, médiane; IMC, indice de masse corporelle; VIH, virus de l’immunodéficience humaine; PA, pack-années; IMC, indice de masse corporelle; VIH, virus de l’immunodéficience humaine; FEV1, volume expiratoire forcé en 1 ère seconde; CVF, capacité vitale forcée; m, médiane

Prévalence et déterminants des maladies pulmonaires obstructives post-tuberculeuses

Sur 400 participants, 54 participants avaient un OLD post-TB, donnant une prévalence (IC à 95%) de OLD post-TB de 13,5% (10,3-17%). L’analyse univariable des facteurs associés à la VIE post-TB est illustrée dans le Tableau 2. Les antécédents de TB ont été trouvés chez 16,7% des patients ayant une OLD post-TB et chez 7,8% des patients sans OLD lié à la TB (p = 0,042). Le tabagisme actuel ou passé était plus fréquent chez les patients ayant un OLD post-TB (38,9% vs 22%, p = 0,007). Des symptômes respiratoires persistants à la fin du traitement antituberculeux et un faible indice de masse corporelle étaient également associés à la VIE post-TB. Concernant les caractéristiques radiographiques, la présence de séquelles de TB, de lésions persistantes de la cavité et d’extension des séquelles pulmonaires étaient significativement associées aux OLD post-TB. En effet, la médiane (25 e -7 e percentiles), la proportion de séquelles pulmonaires était de 14,2% (3,4-30%) dans le groupe OLD post-TB et de 1,04% (1,02-1,06%) dans le groupe non OLD (p <0,001).

Tableau 2: Analyse univariable des facteurs associés à la maladie pulmonaire obstructive post-tuberculeuse (Post-TB-OLD) à Yaoundé, Cameroun

Caractéristiques VIEUX post-TB

N = 54 (%)

Aucun OLD post-TB

N = 346 (%)

COR (IC à 95%), valeur p
Âge, années, m (25 e -75 e centiles) 41,5 (29,8-48,5) 37 (29-49) 1.01 (0.99-1.03) 0,451
Le sexe
    Masculin 32 (59,3) 182 (52,6) 1,31 (0,73-2,35) 0,362
    Femme 22 (40,7) 164 (47,4) 1
Infection par le VIH 16 (29,6) 125 (36,4) 0,73 (0,39-1,37) 0,331
Antécédents de tuberculose 9 (16,7) 27 (7,8) 2,36 (1,04-5,35) 0,042
Antécédents de pneumonie 1 (1,9) 4 (1,2) 1.6150.18-14.71) 0,669
Fumeur
   Fumeurs / Ex-fumeurs 21 (38,9) 76 (22) 2,26 (1,24-4,13) 0,007
   Non fumeurs 33 (61,1) 270 (78) 1
Exposition à la biomasse 31/54 (57,4) 218/343 (63,6) 0,77 (0,43-1,38) 0,385
Consommation d’alcool
   Ordinaire 12 (22,2) 58 (16,9) 1,66 (0,71-3,86) 0,244
   Occasionnel 17 (31,5) 107 (31,1) 1,27 (0,59-2,75) 0,542
   Ex-buveur 12 (22,2) 75 (21,8) 1,28 (0,55-2,96) 0,564
   Non buveur 13 (24,1) 104 (30,2) 1
Durée des symptômes respiratoires, semaines, m (IQR) 8 (8-24) 8 (4-12) 1.01 (1.00-1.03) 0,019
Symptômes respiratoires persistants 24 (44,4) 87 (25,1) 2,38 (1,32-4,29) 0,003
IMC, Kg / m 2 , m (IQR) 21,0 (20,3-22,4) 22,2 (20,2-24,4) 0,88 (0,80-0,98) 0,022
Séquelles radiographiques
    Toutes séquelles 45 (83,3) 237 (68,5) 2,30 (1,09-4,87) 0,026
    Lésions persistantes de la cavité 18 (33,3) 67 (19,4) 2,08 (1,11-3,89 0,020
    Extension pulmonaire

séquelles,%, m (IQR)

14,2 (3,4-30) 5 (0,8-15,0) 1,04 (1,02-1,06) <0,001

TB, tuberculose; IMC, indice de masse corporelle; COR, odds ratio brut; IQR, gamme interquartile; IC, intervalle de confiance

Dans l’analyse de régression logistique multinomiale, les déterminants indépendants du VIE post-TB étaient le tabagisme [OR (IC à 95%): 2,17 (1,13-4,16), p = 0,020] et la proportion de séquelles pulmonaires [1,03 (1,01-1,06) pour 1 % incrément, p = 0,012], tableau 3.

Tableau 3: Analyse multivariable des facteurs associés à la maladie pulmonaire obstructive post-tuberculose

Facteurs coefficient β AOR (IC à 95%) valeur p
Antécédents de tuberculose 0,460 1,58 (0,63-4,01) 0,331
Tabagisme 0,773 2,17 (1,13-4,16) 0,020
Durée des symptômes respiratoires, par incrément d’une semaine 0,011 1.01 (0.99-1.02) 0,090
Symptômes respiratoires persistants 0,572 1,77 (0,93-3,39) 0,085
IMC, par incrément de 1 Kg / m 2 -0,077 0,93 (0,82-1,04) 0,192
Séquelles radiographiques
    Toutes séquelles 0,068 0,93 (0,38-2,30) 0,882
    Lésions persistantes de la cavité -0,006 0,99 (0,48-2,06) 0,986
    Extension des séquelles pulmonaires, pour 1%

incrément

0,031 1.03 (1.01-1.06) 0,012

TB, tuberculose; IMC, indice de masse corporelle; AOR, rapport de cotes ajusté; IC, intervalle de confiance

Score de prédiction pour la maladie pulmonaire obstructive post-tuberculose

Le coefficient de régression de 0,783 était plus élevé pour les antécédents de tabagisme que celui de la proportion de séquelles pulmonaires (0,042), conduisant à un poids relatif de 19 (0,783 / 0,042) pour la présence d’antécédents de tabagisme. Le score de prédiction de la VIE post-TB (S-TB-OLD) résultant est donc exprimé comme suit: S-TB-OLD = Proportion de séquelles pulmonaires (%) + 19 (si le tabagisme). Les propriétés discriminantes de ce score sont illustrées à la figure 2. L’AUC était de 0,680 (0,597-0,763). Au score de coupure optimal de 19,31, la sensibilité et la spécificité étaient respectivement de 67% et 65%. À ce point limite, la valeur prédite positive était de 22,5% et la valeur prédite négative était de 92,5%.

Figure 2: Courbe de discrimination pour la maladie pulmonaire obstructive post-tuberculose

Validation des modèles

L’accord entre la présence de VIE post-TB estimée par le score de prédiction final et la VIE post-TB observée dans le continuum de probabilité prédite était bon. Le Hosmer et Lemeshow χ 2 était de 8,355 (valeur de p = 0,321). La discrimination du modèle dans l’échantillon de dérivation était bonne avec une statistique c apparente (IC à 95%) de 0,680 (0,597-0,763). Le modèle a montré une très bonne stabilité dans la méthode de validation interne du bootstrap sur les 2000 réplications avec un optimisme non significatif à 0,002. La statistique c corrigée de l’optimisme était de 0,678 (0,595-0,761).

Évaluation du risque de maladie pulmonaire obstructive post-tuberculose

Sur la base du score de prédiction pour la maladie pulmonaire obstructive dérivé ci-dessus, la classification des patients en groupe à faible risque (score <19), groupe à risque modéré (score compris entre 19 et 40) ou groupe à haut risque (score ≥ 40) pour les OLD post-TB peut être fait (tableau 4). La classe I correspond au risque faible et la classe III au risque élevé. Comme prévu, le risque de VIEUX a augmenté dans toutes les classes de risque, soit 7,5%, 19,8% et 32,4% respectivement pour les classes I, II et III.

Tableau 4: Performances discriminantes du score de maladie pulmonaire obstructive post-tuberculeuse (S-TB-OLD)
Paramètres Valeurs
Score du prédicteur linéaire, S-TB-OLD, moyenne (Min-Max) 16,6 (0-79)
Statistique C par score de prédicteur linéaire (IC à 95%) 0,680 (0,597-0,763)
Statistique C par groupe à risque (IC à 95%) 0,668 (0,588-0,749)
Prévalence des OLD dans chaque groupe à risque
    Classe I, faible risque (score <19) 7,5% (18/240)
    Classe II, risque modéré (19 ≤ score <40) 19,8% (52/126)
    Classe III, risque élevé (score ≥ 40) 32,4% (11/34)

TB, tuberculose; OLD, maladie pulmonaire obstructive, Min, valeur minimale, Max, valeur maximale,

IC, intervalle de confiance

DISCUSSION

Dans cette étude, nous avons trouvé les déterminants indépendants de la VIE post-TB et avons dérivé et validé un score de prédiction pour la VIE post-TB chez l’adulte à la fin du traitement de la PTB. le

modèle dérivé utilisé des variables facilement évaluables dans la pratique clinique de routine. Deux facteurs, dont le tabagisme et la proportion de séquelles pulmonaires, sont apparus comme les facteurs associés indépendants de la VIE post-TB. Nous avons également évalué l’utilité clinique du score dérivé (S-TB OLD) et établi une classification des patients en groupes à risque en fonction du score obtenu avec ceux avec S-TB OLD ≥ 40 à risque le plus élevé. Le modèle développé dans cette étude a un étalonnage parfait et une bonne discrimination avec seulement une variation marginale lors de la validation interne du boostrap.

L’usage du tabac était associé à la VIE post-TB. En fait, le tabagisme a un effet délétère connu sur le déclin de la fonction pulmonaire et est le principal facteur de risque de survenue d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (22). Dans une étude menée dans une population de femmes indiennes à faible tabagisme (prévalence du tabagisme à 5% et 73,6% des participants cumulant moins de 2,5 paquets-années), le tabagisme était associé à un FEV1 inférieur (23).

Dans cette étude, l’extension radiographique des séquelles de TB résumée en termes de proportion de séquelles radiographiques a été associée à la VIE. Peu d’études ont étudié l’association entre l’étendue des lésions radiographiques initiales ou des séquelles radiographiques et une altération de la fonction pulmonaire. Radovic et al. Sur un petit échantillon (n = 40 patients) a montré que l’extension radiographique initiale est associée à un faible FEV1 et une obstruction du flux d’air post-tuberculeux (24). Ces lésions radiologiques se produisent parce que la PTB guérit, laissant des séquelles pleuro-parenchymateuses à des degrés divers en raison de son caractère fibrogène (3–5).

La maladie pulmonaire post-tuberculeuse obstructive peut être liée à une sténose bronchique, une inflammation bronchique diffuse, un emphysème paracicatriciel ou une bronchectasie (25). Des progrès ont été réalisés dans la compréhension des mécanismes inflammatoires qui sont probablement responsables des lésions tissulaires et de la détérioration de la fonction pulmonaire. Les médiateurs inflammatoires impliqués dans la formation de cavités et l’obstruction du flux d’air sont le facteur de nécrose tumorale α (TNF-α), les interleukines 1β, 6, 8, 12, le facteur inductible par l’hypoxie (HIF), le facteur nucléaire (NF), les métalloprotéinases matricielles 1, 3, 8 , 9,12 et l’interféron γ. Les facteurs immunitaires associés à la fibrose et à la restriction comprennent le facteur de croissance transformant β (TGF-β), TNF-α et interleukins-1β, 6, 8, 12 (25).

L’âge, le sexe et la durée de la maladie avant la prise en charge n’apparaissent pas comme des facteurs indépendants associés à la VIE dans cette étude, contrairement à ce que Poh a rapporté en 1975 et Lee et al. à Taïwan en 2011 (13,26). Cela pourrait s’expliquer par le fait que notre population d’étude était relativement plus jeune que celle trouvée dans ces études, en particulier celle réalisée par Lee et al. en Corée où l’âge moyen de la population était de 52 ans.

Le modèle développé dans cette étude était basé sur deux prédicteurs de la VIE post-TB, y compris la proportion de séquelles pulmonaires et le tabagisme. L’étalonnage et la discrimination étaient bons. Plus précisément, la valeur prédictive négative au score seuil est très élevée, ce qui indique virtuellement que les sujets avec un score <19 n’auront pas de VIE post-TB. Cependant, en raison de la différence prévue dans la prévalence des VIEILLES post-TB d’un contexte à l’autre, on s’attend à ce que le modèle puisse nécessiter un ajustement, le cas échéant, afin de maintenir des propriétés d’étalonnage optimales. Il existe des exemples pratiques pour soutenir que cet ajustement est facilement réalisé grâce à un recalibrage d’interception simple (27). En utilisant le rééchantillonnage bootstrap pour la validation interne, nous avons pu utiliser tous les participants avec des données valides pour le développement de modèles, donc atteindre un nombre élevé de résultats par variable candidate testée. Ce score développé a un certain nombre d’applications cliniques potentielles, y compris l’évaluation et le suivi des patients atteints de PTB, en particulier dans les zones à faibles ressources et fortement endémiques pour la tuberculose.

La principale limitation de cette étude est liée au manque de données sur la fonction respiratoire avant le diagnostic de TB. De plus, les sujets ont été recrutés dans le mois suivant la fin du traitement antituberculeux. Certaines études ont montré que la détérioration de la fonction pulmonaire s’aggrave avec le temps (10,28). Nous ne pouvons pas analyser le déclin de la fonction pulmonaire au fil du temps en raison à la fois de la nature transversale de notre étude et de l’inclusion de sujets dans le mois suivant la fin du traitement.

CONCLUSION

La prévalence de la VIE post-TB dans cette étude était de 13,5%. Le tabagisme et l’extension radiographique des séquelles sont apparus comme des prédicteurs de la VIE post-TB. Nous avons développé un score numérique simple pour prédire la VIE post-TB dans une zone d’endémicité élevée de TB basée uniquement sur ces deux prédicteurs. Les résultats préliminaires prometteurs de cette étude doivent être confirmés davantage par des études de validation externes indépendantes. La confirmation de l’utilité de ce score devrait permettre de stratifier les patients en fonction du risque de développer une maladie pulmonaire obstructive post-tuberculeuse afin d’améliorer leur prise en charge.

Conflits d’intérêts: Aucun

Contribution de l’auteur:

PYEW a conçu l’étude, supervisé la collecte des données, co-analysé les données et rédigé le manuscrit; BAD, DA, PMV, MB, KAFG, TB, YCF ont collecté des données, contribué à l’analyse des données et révisé de manière critique le manuscrit, KC et KAP ont contribué à l’analyse des données, à la rédaction et à la révision critique du manuscrit. Tous les auteurs ont approuvé la version finale du manuscrit.

Remerciements: Aucun

LES RÉFÉRENCES

  1. Organisation mondiale de la santé. QUI | Rapport mondial sur la tuberculose 2018. OMS. Organisation mondiale de la santé; 2018. Disponible sur: http://www.who.int/tb/publications/global_report/en/
  2. Organisation mondiale de la santé. QUI | Cameroun . QUI. Organisation mondiale de la santé; 2018. Disponible sur: https://www.who.int/countries/cmr/en/
  3. Al-Hajjaj MS, Joharjy IA. Prédicteurs des séquelles radiologiques de la tuberculose pulmonaire. Acta Radiol (Stockholm, Suède 1987). 2000; 41: 533–7.
  4. Ramos LMM, Sulmonett N, Ferreira CS, Henriques JF, de Miranda SS. Profil fonctionnel des patients atteints de séquelles de tuberculose dans un hôpital universitaire. J Bras Pneumol Publicacao De Da Soc Bras Pneumol E Tisilogia. 2006; 32: 43-7.
  5. Tchaou M, Sonhaye L, Kotosso A, Adjenou K, Agoda-Koussema L, N’Timon B, Amadou A, Djagnikpo O .. (premier). Aspects radiographiques des séquelles de la tuberculose chez les personnes vivantes avec le VIH / SIDA à Lomé –Togo. J Fran Viet Pneu. 2012. p. 28–31.
  6. N’dri K, Ake A AC, Konate I, Konan A, Chiedi AS, Abby B CB. Les aspects radiographiques des séquelles de la tuberculose pulmonaire. Med Afr Noire. 2006; 53: 704–8.
  7. Vecino M, Pasipanodya JG, Slocum P, Bae S, Munguia G, Miller T, et al. Preuve d’une insuffisance pulmonaire chronique chez les patients traités pour une tuberculose pulmonaire. J Infecter la santé publique. Nov 2011; 4 (5-6): 244-52.
  8. Pasipanodya JG, Miller TL, Vecino M, Munguia G, Garmon R, Bae S, et al. Insuffisance pulmonaire après tuberculose. Poitrine. 2007 juin; 131: 1817-1824.
  9. Chushkin MI, Ots ON. Fonction pulmonaire altérée après un traitement contre la tuberculose: la fin de la maladie? J Bras Pneumol. 2017; 43: 38–43.
  10. Chung KP, Chen JY, Lee CH, Wu HD, Wang JY, Lee LN, et al. Tendances et prédicteurs des changements de la fonction pulmonaire après le traitement de la tuberculose pulmonaire. Cliniques (Sao Paulo). 2011; 66: 549-56.
  11. Pasipanodya JG, Vecino E, Miller TL, Munguia G, Drewyer G, Fernandez M, et al. Les Blancs non hispaniques présentent un risque plus élevé de troubles pulmonaires dus à la tuberculose pulmonaire. BMC Public Health. 2012; 12: 119.
  12. Jung JW, Choi JC, Shin JW, Kim JY, Choi BW, Park IW. Affaiblissement pulmonaire chez les survivants de la tuberculose: Enquête nationale coréenne sur l’examen de la santé et de la nutrition 2008-2012. PLoS One. 2015; 10: e0141230.
  13. Poh S. Obstruction des voies respiratoires chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire traitée. Singapore Med J. 1975; 16: 43–6.
  14. Snider GL, Docteur L, Demas TA, Shaw AR. Maladie obstructive des voies respiratoires chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire traitée. Suis Rev Respir Dis. 1971 mai; 103: 625–40.
  15. Organisation mondiale de la santé. Lignes directrices sur le traitement de la tuberculose.Genève: Organisation mondiale de la santé; 2009. 2009; Disponible sur: https://www.who.int/tb/publications/2010/9789241547833/en/
  16. Mahler DA, Wells CK. Évaluation des méthodes cliniques pour évaluer la dyspnée. Poitrine. 1988; 93: 580-5.
  17. Ralph AP, Ardian M, Wiguna A, Maguire GP, Becker NG, Drogumuller G, et al. Un score numérique simple et valide pour évaluer la gravité de la radiographie pulmonaire dans la tuberculose pulmonaire à frottis positif adulte. Thorax. Octobre 2010; 65: 863–9.
  18. Miller MR, Hankinson J, Brusasco V, Burgos F, Casaburi R, Coates A, et al. Standardisation de la spirométrie. Eur Respir J. 2005; 26: 319–38.
  19. Quanjer PH, Stanojevic S, Cole TJ, Baur X, Hall GL, Culver BH, et al. Valeurs de référence multiethniques pour la spirométrie pour la tranche d’âge de 3 à 95 ans: les équations de la fonction pulmonaire globale 2012. Eur Respir J. 2012; 40: 1324–43.
  20. Collett D. Modélisation des données binaires, 2e éd. New York: Chapman & Hall / CRC. 2003.
  21. Youden WJ. Index pour l’évaluation des tests de diagnostic. Cancer. 1950; 3: 32-5.
  22. Vijayan VK. Maladie pulmonaire obstructive chronique. Indian J Med Res. 2013; 137: 251–69.
  23. Arora S, Rasania S, Bachani D, Gandhi A, Chhabra S.Pollution atmosphérique et facteurs de risque environnementaux pour une altération de la fonction pulmonaire chez les femmes adultes d’un bidonville urbain de Delhi: une étude de prévalence. Inde pulmonaire. 2018; 35: 193.
  24. Radovic M, Ristic L, Ciric Z, Dinic-Radovic V, Stankovic I, Pejcic T, et al. Changements dans la déficience de la fonction respiratoire après le traitement d’une tuberculose pulmonaire sévère – limitations pour la détection sous-jacente de la MPOC. Int J Chron Obstruct Pulmon Dis. 2016; 11: 1307–16.
  25. Ravimohan S, Kornfeld H, Weissman D, Bisson GP. Tuberculose et lésions pulmonaires: de l’épidémiologie à la physiopathologie. Eur Respir Rev.2018; 27 (147).
  26. Lee EJ, Lee SY, In KH, Yoo SH, Choi EJ, Oh YW, et al. Un test de fonction pulmonaire de routine peut estimer l’étendue du poumon tuberculeux détruit. ScientificWorldJournal. 2012; 2012: 835031. UNE
  27. Kengne AP, Beulens JWJ, Peelen LM, Moons KGM, van der Schouw YT, Schulze MB, et al. Scores de risque non invasifs pour la prédiction du diabète de type 2 (EPIC-InterAct): une validation des modèles existants. lancet Diabetes Endocrinol. 2014; 2: 19-29.
  28. Lee SH, Kwon AM, Yang HC, Lee SK, Kim Y, Choi JH et al. Diminution de la fonction pulmonaire longitudinale chez les sujets atteints de tuberculose pulmonaire guérie spontanée. PLoS One. 2016; 11: e0164039.

Comments are closed.